Au travail, le rire rend plus efficace

Article paru dans Courrier Cadres n°29

Bon pour le cœur, excellent pour l’oxygénation du cerveau, arme fatale contre le stress, le rire est une manière de détendre le corps et l’esprit. C’est prouvé, ceux qui rient sont plus motivés, plus concentrés et plus créatifs !

Des collègues toujours sérieux au bureau, on en connaît tous ! Avec eux, impossible de blaguer devant la machine à café, et encore moins en réunion. Ils sont persuadés qu’un bon responsable, ça ne rigole jamais au travail. Ils pensent que l’humour déconcentre, qu’il est contre-productif… Pas marrant du tout. Et scientifiquement faux ! Car, nombre d’études le confirment, il n’y a rien de meilleur que rire, y compris dans un environnement professionnel.
Cela peut passer pour une tautologie – une évidence, un pléonasme – mais rigoler détend l’esprit et permet d’éviter la déprime. “Le rire peut être provoqué par une émotion plaisante et déclenché par plusieurs facteurs. Cela peut être un facteur physique comme le chatouillement. Ou bien psychique, comme une situation de surprise. Ou encore intellectuel, comme une bonne blague”, explique Bernard Raquin, psychothérapeute et auteur de Rire pour vivre, les bienfaits de l’humour et du rire (édition Dangles, 2008).

Un véritable massage des organes internes mais selon le chercheur, le rire est aussi une défense naturelle contre la souffrance psychique : “C’est un réflexe de fuite pour éviter la naissance du déplaisir, les tensions, les blocages et les obsessions à l’origine de la déprime. C’est d’ailleurs d’actualité : rire est encore plus nécessaire aujourd’hui en ces temps de crise économique et d’inquiétude.” Plusieurs études scientifiques ont décortiqué la mécanique du rire. Selon celle menée en 2003 par le chercheur américain Dean Mobbs, de la Stanford University School of Medicine, l’effet antidéprime du rire est lié à la libération accrue de deux substances cérébrales. La première, la sérotonine, joue un rôle d’antidépresseur naturel ; et la seconde, la dopamine, est tout simplement l’hormone du plaisir. Solliciter ses zygomatiques – les muscles du visage qui entrent en action quand nous rions – est aussi un merveilleux antidote antistress ! “Cela augmente la production des substances cérébrales qui atténuent le stress, comme les endorphines”, explique Henri Rubinstein, psychiatre, auteur de Psychosomatique du rire, rire pour guérir (édition Robert Laffont). Le rire diminue également le taux de cortisol, qui est précisément l’hormone du stress.

Selon une étude réalisée par l’Américain Lee Berk et ses collègues de l’Université de Loma Linda, en Californie, le simple fait de se préparer à regarder un film comique réduit de 39 % le niveau de ce cortisol si nocif pour la santé !

Un moyen de prendre soin de son cœur

Antistress, le rire procure aussi une grande relaxation musculaire. C’est elle qui est à l’origine de ce sentiment de bien-être et de décontraction qui nous envahit après une bonne rigolade. “Sous l’effet du rire, le diaphragme, c’est-à-dire la nappe musculaire qui ferme le thorax en bas et la cavité abdominale en haut, sautille. Du coup, le rire agit comme un véritable massage interne, en agissant sur les poumons, les organes abdominaux et le système cardio-vasculaire, ainsi que sur les muscles avoisinants comme ceux du cou ou des bras”, explique Henri Rubinstein. Selon le psychiatre, une minute de rire équivaudrait à 45 minutes de relaxation.
Détendus, massés, relaxés, nous sommes aussi, après avoir ri, en possession d’un cœur en meilleur état ! Un organe souvent malmené, chez les cadres notamment et tous ceux qui sont soumis au stress. D’après une récente étude des plus sérieuses et menée par l’équipe du docteur américain Michael Miller, de l’Université du Maryland à Baltimore, le rire peut avoir des effets comparables à l’exercice physique pour le système cardio-vasculaire. Il diminuerait même le risque de survenue des maladies cardiovasculaires. “Nous ne recommandons pas d’arrêter l’exercice. Mais bien rigoler un quart d’heure par jour tout en faisant de l’exercice trois fois par semaine doit probablement être une bonne combinaison pour le système vasculaire”, conclut Michael Miller. En France, l’infarctus du myocarde, c’est-à-dire la crise cardiaque, touche 120 000 personnes, provoquant chaque année 50 000 décès.

Le rire améliore aussi la concentration

Le scientifique et ses collègues ont demandé à vingt volontaires de regarder des extraits d’un film comique. Puis ils ont mesuré le flot sanguin dans les vaisseaux du bras. Le volume de la circulation du sang avait augmenté de 22 % chez ceux qui s’esclaffaient. Conclusion : le rire améliore la circulation sanguine !  À l’inverse, le médecin et son équipe ont réalisé une autre étude. Ils ont interrogé 150 personnes malades et 150 saines sur leurs habitudes de vie et se sont aperçus que 40 % des patients qui souffraient de troubles cardiaques riaient peu souvent Mais peut-être aurez-vous encore plus envie de rire au bureau en apprenant que, contrairement à ce que croient vos collègues toujours sérieux, blaguer de temps en temps peut également améliorer votre travail ! Une étude du psychologue David Abramis, de l’Université de Californie, sur 341 travailleurs – basée sur un questionnaire portant sur leurs habitudes – a révélé que ceux qui se laissent aller à rire au travail étaient les plus productifs.  En fait, les scientifiques se sont aperçus que le rire améliorait la concentration. Rire s’accompagne en effet d’une augmentation des mouvements respiratoires qui améliore l’oxygénation du corps et dope notre attention. “Les employés qui ont le sens de l’humour apparaissent aussi plus motivés, plus créatifs au bureau, et moins susceptibles d’être en retard ou absent”, ajoute David Abramis.  Le psychiatre français Bernard Raquin renchérit : “Blaguer au sujet des problèmes permet de trouver plus facilement une solution à ces problèmes. Après un bon rire, on réduit les drames et on prend de la hauteur pour, au final, voir les choses moins émotionnellement et de façon plus réfléchie.”
Enfin, rire au travail permet aussi d’acquérir plus de souplesse relationnelle. Vous pourrez ainsi éviter ou mieux gérer les conflits avec les collègues. “Présenter les choses avec humour rend moins menaçant et plus sympathique. Du coup, nos interlocuteurs sont moins tendus et nous pardonnent aussi beaucoup plus volontiers. Tout cela diminue les tensions dues à la susceptibilité et fait mieux passer la pilule”, assure le psychiatre Bernard Raquin.

Le seul risque : passer pour un lourdingue

En dehors des situations de conflit, le rire met de l’huile dans les rouages. “Rire rapproche en faisant partager une émotion agréable, sans menace ni rivalité. Quand le rire est partagé, quand on rit avec et non pas contre, cela permet de resserrer les liens”, explique Bernard Raquin.
S’il est bon pour la santé, le rire n’est tout de même pas la panacée. “Cela ne vous empêchera pas de tomber malade et ne vous guérira pas, rappelle le psychiatre Henri Rubinstein. Rire n’élimine pas non plus tous les conflits. Il limite les risques.” Il ne garantit pas non plus du risque d’être un peu lourd au bureau avec ses blagues et ses rires à répétition.

Réf. 297